L’enfance : une période fondatrice

Première phase du cycle de vie, l’enfance représente une période fondatrice de l’être humain. C’est l’étape des premières expériences, quel que soit le domaine. Tout a lieu une première fois, cela est un fait marquant et remarquable dans une construction subjective.

De nombreux patients ne comprennent pas toujours pourquoi il est important de parler de leur enfance, d’évoquer les souvenirs aussi lointains soient-ils, raconter comment se passaient les relations familiales, la vie quotidienne… Ils ont le sentiment de ressasser le passé et que cela ne produira rien d’intéressant dans le présent et dans l’avenir.

Or, chaque étape du cycle de vie intègre les étapes précédentes, ce qui implique un continuum temporel. Les étapes ne sont pas simplement juxtaposées comme les couches d’un millefeuille. Elles interagissent et nous retrouvons dans la vie d’adulte les racines de l’enfance et de l’enfant.

Il se passe un grand nombre de choses au cours de la période infantile: l’arrivée et l’inscription dans une histoire familiale préexistante à laquelle l’enfant va contribuer, l’investissement affectif de l’environnement familial, la qualité de l’attachement et du lien, les projections parentales (…) sont autant d’éléments qui façonneront la personnalité de l’enfant.

La parole en thérapie est une mise en récit de l’enfance avec la particularité d’un double regard, celui de l’enfant associé à celui de l’adulte au moment de son acte de parole. Il n’est pas simplement question de raconter son histoire infantile mais plutôt de tisser des liens avec les événements et la vie psychique de l’adulte.

La vie d’adulte ne saurait être une réédition de la période infantile. Cependant, elle prend ses racines dans cette période antérieure et de ce fait vient l’éclairer. C’est en dénouant les événements infantiles, plus ou moins traumatiques, que l’adulte parvient à déchiffrer son histoire et à donner un sens à ce qui lui arrive dans le présent.